Réseaux sociaux : Qu’est-ce qui nous abrutit le plus ?

Comme vous le savez peut-être – du coup je vous le dis si vous ne le saviez pas – je m’intéresse beaucoup dans le cadre de la rédaction d’un essai aux dérives des réseaux sociaux et notamment au fait que nous nous informons collectivement de plus en plus mal à force de succomber à la dictature du commentaire et de l’émotion. Contrairement à ce que certains ont pu penser il y a quelques années, si nous avons plus facilement accès à l’information et à ses sources en quelques clics, le web social est devenu un puissant outil de désinformation massive, contribuant à nous rendre de plus en plus abrutis pour le bonheur des populistes de tout bords.

Ma théorie est simple : les flots d’information continue sont portés par des contenus que l’on qualifie de « snackable » et amplifiés par de puissants ressorts émotionnels instinctifs. Nous avons l’impression d’être ainsi informés alors que nous ne sommes que spectateurs d’événements que nous voyons passer mais dont nous ne maîtrisons pas les ressorts. Nous avons vu quelque chose se produire mais nous n’en avons pas pour autant développé de la connaissance.

Ces tweets qui nous sont servis sur un plateau par des personnes que nous avons décidé de suivre sont au mieux des points de vue mais ne participent pas à transmettre de la connaissance au sens premier du terme.

Du coup, je me demandais ce que vous pensiez de cela et quel était votre avis sur les facteurs les plus puissants de cette désinformation. A votre avis, qu’est-ce qui nous abruti le plus ?

  • Est-ce le fait de croire n’importe quoi, sous prétexte que c’est en ligne et que ça a l’air vrai dans la forme et le fond ?
  • Est-ce le fait d’accorder plus de crédit à un ami ou un membre de sa famille qu’à un professionnel de l’information ?
  • Est-ce le fait de suivre l’avis et les recommandations d’influenceurs autoproclamés ?
  • Est-ce le fait de faire suivre à nos proches des liens vers des contenus que nous n’avons pas lu nous-même ?
  • Est-ce la tendance humaine de d’abord réagir en fonction d’une émotion ressentie ?
  • Est-ce le manque de temps pour croiser les sources et découvrir des papiers de fond ?
  • Est-ce le fait que les journalistes ont eux-aussi à la dictature de l’émotion et ne sont plus en mesure de nous informer correctement ?
  • Est-ce d’autres phénomènes ?

Certains diront que c’est l’addition de tous ces phénomènes mais j’aimerais en dégager une sorte de hiérarchie.

Ca me ferait plaisir d’avoir votre opinion là-dessus.

Vous pouvez m’écrire en me laissant un commentaire ou alors sur Facebook et Twitter sur lesquels cette note sera reproduite. Vous pouvez aussi m’écrire un e-mail.

A suivre…

 

Une réflexion sur “Réseaux sociaux : Qu’est-ce qui nous abrutit le plus ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s