La Ligue du LOL : ce qu’elle nous dit sur les réseaux sociaux et la presse

Depuis quelques jours à peine et l’article paru sur la plateforme Checknews de Libération,  le scandale de « la Ligue du LOL » n’en finit pas de produire sa cohorte de révélations, d’excuses tardives, d’explications stériles, de coming out à la sincérité douteuse,… J’en passe et des plus pathétiques.

Depuis quelques jours, je lis les témoignages poignants de nombreuses victimes qui se sont faites harceler par ces fous-furieux, sûrs de leur influence. Des journalistes, des communicants, des inconscients, inconsistants mais avant tout des gens qui ont considéré les réseaux sociaux comme des terrains de jeux virtuels, désincarnés, un peu comme si des deux côtés de l’écran, il n’y avait rien de réel, aucune vraie personne.

Je l’ai dit et écrit dans l’essai que j’ai publié en 2010 et un peu partout sur mes blogs successifs, il n’y a rien de virtuel dans les réseaux sociaux. C’est vrai que ce serait bien plus facile si tout ceci n’était qu’une blague, si les pseudos n’étaient que des personnages de jeu vidéo que l’on dégomme « pour de faux », bien tranquille chez soi, derrière son écran, un verre de Chardonnay à la main, en esquissant une formule définitive sur ce monde qui ne serait pas « la vraie vie » (sic).

Mais le problème est qu’aux deux bouts du réseau, il y a de vrais gens qui, certes, s’amusent et aiment se taquiner, mais qui n’en sont pas moins sensibles et vulnérables. Et n’oublions jamais ces pauvres âmes qui sont allées jusqu’à mettre fin à leurs jours suite à des vagues de harcèlement en ligne.

Mais au moment où nous découvrons l’étendue de leurs agissements, le fait que la « Ligue du LOL » ait été créée par des journalistes et des communicants est-il un hasard malencontreux ? Une sorte de hors-sujet ?

Je ne le crois pas.

Je me souviens très bien de ces années-là et de l’ambiance qui régnait sur les réseaux sociaux dans les milieux de l’information et la communication.

Les journalistes vivaient très mal le phénomène car celui-ci remettait en cause leur suprématie sur l’information et la formation de l’opinion. Ils traitaient les blogueurs, les twittos, les rédacteurs de sites Internet par le plus assumé des mépris. Ils succombaient aux travers de caste qui les poussaient à exclure instinctivement l’autre pour sa non appartenance à une élite supposée et digne d’être préservée. Pour ces misérables journalistes et communicants qui ont animé la « Ligue du LOL », juste pour s’amuser, sans penser à faire mal, il y a cette revendication implicite : « Ce monde de l’information nous appartient, nous en détenons les codes, nous en dénoncerons les imposteurs. » (re-sic)

La « Ligue du LOL » n’est pas cet épiphénomène que l’on tente de nous mettre sous les yeux, le seul fait d’un poignée de crétins aujourd’hui mis à pied. C’est la chronique d’une presse traditionnelle dont certains membres se sont débattus de la plus détestable des manières pour préserver leur pré-carré d’influence à l’heure où le premier internaute talentueux et assidu venu pouvait leur ravir l’attention à laquelle ils aspiraient statutairement.

C’est l’histoire d’un conservatisme violent comme le deviennent souvent tous les conservatismes.

A suivre…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s