La polémique Eric Zemmour et le paradoxe de l’indignation

Une semaine que ça dure, une semaine que la polémique n’en finit pas suite au discours haineux d’Eric Zemmour retransmis en direct sur LCI depuis l’événement organisé par les amis de Marion Maréchal Le Pen. Une semaine que la classe politique s’indigne du caractère nauséabond de cette diffusion, que les journalistes maison prennent leurs distances, que les garants de la morale rappellent qu’une censure aurait été préférable,…

Jusqu’à présent, vous me direz que tout cela est bien normal. En réalité, ce qu’il faut comprendre ici est l’absurdité inconsciente des indignations qui sont les vraies amplificatrices de ce qui aurait pu ou dû rester un non-événement à l’échelle nationale.

Sur la base des chiffres d’audience communiqués par la chaîne, on peut estimer que 80 000 personnes étaient devant leur écran lorsque Zemmour a pris la parole lors de cette convention. Ce n’est pas ce que l’on peut qualifier d’audience grand public, c’est même assez dérisoire quand on y pense. Pour ma part, le fait que ce type déverse sa diatribe haineuse devant un parterre conquis d’avance de sympathisant d’extrême droite ne m’atteint pas particulièrement. Je trouve son discours d’une grande pauvreté depuis de nombreuses années déjà et cela me suffit pour ne pas y prêter attention. Le fait qu’il prêche et assume ces horreurs depuis des années n’est une découverte pour personne.

Mais c’est là qu’intervient l’indignation car c’est elle qui va créer le véritable événement. En rameutant la terre entière sur cette « faute » éditoriale de LCI, ceux qui l’ont dénoncé ont contribué à lui conférer une importance médiatique majeure et ainsi toucher des millions de personnes. Et ces ardents démocrates dont la sincérité ne peut être mise en cause, qui se battent pour faire taire le polémiste, lui offrent en réalité, par la puissance de leur indignation, une médiatisation hors normes. Paradoxalement, leur ardeur à le faire taire génère un écho dément.

Je ne voulais pas écouter le message d’un personnage que je trouve pour ma part insignifiant. J’ai été forcé de l’entendre après avoir vu enfler la polémique.

Nous vivons une époque où l’information est véhiculée par d’immenses vagues émotionnelles qui emportent tout sur leur passage. Nos indignations, comme parfois aussi nos coups de cœur, prennent des proportions extravagantes tant notre capacité est grande de nous embraser en masse pour des choses qui n’en valent pas toujours la peine. Je crois que l’épisode du discours de Zemmour fait partie de ces moments-là.

Et je le regrette car ses détracteurs ont ainsi contribué à lui conférer une influence sociétale qu’il n’a pas.

Une réflexion sur “La polémique Eric Zemmour et le paradoxe de l’indignation

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s