Peut-on encore réussir une grève en 2020 à l’ère du digital ?

Le principe d’une grève telle que nous la vivons aujourd’hui en France est simple : les syndicats activent un blocage le plus large possible en utilisant des professions qui ont un fort pouvoir de nuisance dans la société dans l’espoir de créer une situation insoutenable au sein de la population et faire enfler une grogne populaire massive de nature à infléchir la position du gouvernement et le faire reculer.

Un mouvement social tel que celui-ci est une bataille de l’opinion. C’est cette dernière qui a la clé de l’issue du conflit. C’est une lutte d’influences. En paralysant les transports en cette période de fêtes, après avoir donné la consigne à leurs adhérents de faire quelques économies pour supporter un arrêt de travail de longue durée, les syndicats ont semble-t-il misé sur leur capacité à générer une nuisance insupportable.

Mais il n’en a rien été et la société hyper connectée dans laquelle nous vivons y est peut-être pour quelque chose.

Il y a d’abord toutes les alternatives aux réseaux traditionnels de transport : le covoiturage, sous l’impulsion de Blablacar, créé en 2006, le réseau de cars qui s’est développé après les lois Macron de 2015, les systèmes de déplacement urbains partagés (Velib, Trottinettes électriques, scooters électriques,…), les Uber et autres Kpten,… En quelques années, ces solutions ont reconfiguré la notion même de mobilité et, si j’évoque le digital, c’est qu’elles sont toutes enfants de la révolution numérique.

Il y a ensuite la sophistication des moyens d’information qui limitent considérablement la pénibilité de la situation, là aussi rendus possibles par les innovations technologiques. Les applis mobiles nous permettent de connaître l’état du trafic en temps réel, les processus de réservation exigeant notre adresse e-mail ou notre numéro de téléphone mobile rendent la communication avec les usagers beaucoup plus précise. Sans oublier les communications mobiles personnelles qui nous permettent de dialoguer et rassurer nos proches et rendent ainsi l’expérience beaucoup moins stressante.

Il y aussi et évidemment le développement du commerce électronique qui a permis aux consommateurs de fêter leurs proches sans avoir à se déplacer dans les magasins des centre-villes. Bien que cela ait sans doute eu un impact désastreux sur les commerçants eux-mêmes, la possibilité de faire ses achats en ligne a sans aucun doute diminué la nuisance provoquée par les mouvements sociaux.

Il y a enfin l’évolution des mentalités, notamment s’agissant du travail. L’informatique nomade, les smartphones et le développement de l’Internet à haut débit dans nos sociétés ont certainement permis à un très grand nombre d’actifs de rester travailler de chez eux en restant opérationnels et parfaitement connectés à leur environnement professionnel, comme s’ils étaient au bureau. Bien sûr, vous me direz que cela ne vaut que pour certaines professions du secteur tertiaire, mais c’est ainsi qu’est constitué le tissu économique des grandes villes.

Après plus d’un mois de mobilisation : les français se plaignent mais l’opinion n’est pas ulcérée. Pas suffisamment en tout cas pour représenter un péril pour le gouvernement.

Comprenez-moi bien. Mon propos n’est pas d’apporter un commentaire politique sur la grève et/ou sur la réforme des retraites et vous aurez compris que ce n’est pas mon sujet. Mais, du point de vue de la communication et de la bataille de l’opinion, j’ai le sentiment que celles et ceux qui ont appelé à cette mobilisation sociale un peu hors du commun ont sous-estimé les moyens que nous aurions de contourner la pénibilité voulue de la situation. Et donc de ne pas trop nous énerver. Ils n’ont peut-être pas pris la mesure des multiples innovations qui nous permettent se supporter durablement une ligne de métro fermée et une rame de TGV supprimée.

A nouvelle époque doivent sans doute correspondre de nouvelles formes de mobilisation à mesure que naissent de nouvelles formes de contournement. Il y a quelque chose à inventer car les vieilles recettes semblent ne plus fonctionner.

Qu’en pensez-vous ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s