Covid-19 : quel impact sur la communication ?

La crise sanitaire que nous traversons a d’innombrables conséquences, humaines d’abord, mais économiques également. Le monde entier va entrer en récession et après les  secteurs auxquels on pense tous (le tourisme, la restauration, les transports, la culture, les loisirs,…), il y a un autre secteur qui va se trouver bouleversé par cette crise et c’est celui de la communication.

Vous allez dire que ça vous fait une belle jambe, qu’on ne va pas s’en plaindre si l’on est un peu moins sollicité par les vendeurs de soupe, de voiture, de produits ménagers miracles, de choses dont on n’a pas vraiment besoin. Et vous n’aurez pas tort. Mais ce n’est pas mon propos car ce que je trouve intéressant est d’imaginer ce que cela va changer d’un point de vue qualitatif, c’est-à-dire sur les techniques de promotion et sur le message en lui-même.

Je pense que la communication purement consumériste aura du mal à retrouver son audience, son enthousiasme et son écho. Lorsque nous aurons fait l’expérience réussie du confinement, nous rendant compte de la vie que nous pouvons avoir sans toutes ces choses inutiles qui nous paraissaient pourtant essentielles hier, je parie que notre relation à la consommation aura évolué.

Nous aurons vécu différemment et cela aura un impact durable. Nous aurons peut-être appris à mieux remplir notre panier, à planifier davantage nos journées, à moins jeter, à cuisiner, à faire avec ce que l’on a, à s’organiser en autarcie et, qui sait, à ne plus dépendre autant de nos pulsions commerciales irrépressibles. Car c’est précisément à une conscience plus éclairée que nous appelle cette période de confinement. Sans que nous le voulions vraiment d’ailleurs.

Nous n’avons pas le choix. L’énorme intérêt de cette crise est qu’elle nous pousse à prendre conscience de nous-mêmes, du moment présent, de l’importance du foyer, de la notion de résilience, du temps [plus] long, elle nous ramène à l’essentiel, à notre nature profonde. Elle nous force à voir la vie différemment, car c’est la seule chose qui nous permet de supporter cette situation inédite et exceptionnelle. Elle nous pousse aussi à ne pas souffrir du manque de superficialité. Et nous réalisons que nous nous en accommodons très bien.

Je ne crois pas que tout redeviendra comme avant. Je l’ai écrit dans ma précédente note, j’ai le sentiment que cette crise va avoir un impact profond et durable sur la société et, par extension sur la communication qui est bien souvent son miroir le plus déformant. Je ne crois pas au pétage de plomb bercé d’inconscience à la fin de la crise, je ne crois pas au retour des matraquages.

Parmi les secteurs de la communication qui vont le plus souffrir, il y a aura bien évidemment l’événementiel qui va plonger (qui plonge déjà) pour des raisons évidentes : confinement, interdiction des rassemblements, annulation de tous les événements. Et je pense qu’il faudra de nombreuses années avant que ce secteur ne retrouve un âge d’or, les gens ne reprenant pas immédiatement le goût de se rassembler en masse pour de simples raisons promotionnelles.

Je pense que les relations publics suivront de très près, impactées négativement par la fébrilité de la communication d’influence qui va perdre ses repères, ses influenceurs, et dans un environnement marqué par la peur de l’avenir et une perte de confiance généralisée. La publicité, elle aussi, risque d’être bouleversée mais je pense davantage à un changement de style comparable au basculement historique de la réclame vers la publicité dans les années 80 qu’à une crise majeure. Un peu partout dans le monde, la manière de promouvoir les marques et les produits va devoir s’adapter à ces nouvelles prises de conscience dont je parle plus haut.

A l’opposé, la communication digitale et toutes les technologies qui offrent la possibilité de créer une relation « one to one » vont exploser et se sophistiquer. C’est là encore mon intuition.

Chaque crise est une opportunité. Et sans gommer la dimension dramatique de celle-ci, je reste convaincu que nous émergerons dans un monde transformé, plus recentré sur l’essentiel que le secteur de la communication se chargera de rendre réel et vivant.

[Photo: Kieran Jones]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s