Clubhouse : Le réseau social qui fait du bien (pour le moment)

Depuis quelques années, il est si commun d’évoquer les discours de haine, le complotisme sauvage, la manipulation quand on parle des réseaux sociaux que l’arrivée de Clubhouse dans le paysage du web social est, pour le moment, une excellente nouvelle.

Ce réseau qui fonctionne sur la base de conversations orales sans vidéo ou autre artifice, créé aux Etats-Unis l’année dernière et arrivé en France en début d’année 2021, est une véritable bouffée d’air frais pour plusieurs raisons que je vous propose d’évoquer.

La voix ne ment pas.

On peut retoucher une image, lui appliquer des filtres pour la rendre plus éclatante. On peut faire de même avec une vidéo. C’est beaucoup plus difficile avec la voix. Quand on parle sur l’application, on révèle beaucoup de choses sur soi : le timbre de notre voix inspire et attire, ses éventuels accents renseignent sur nos origines, les mots que l’ont choisit sont révélateurs de notre culture, la spontanéité du mode conversationnel dit tant sur notre façon de penser, le rythme trahit parfois le trac de parler en public… Rencontrer les autres par la voix nous donne l’impression de tout de suite les connaître mieux, tels qu’ils sont, sans artifice. Et c’est tellement agréable !

La voix est vibratoire.

La voix n’est pas seulement un son, c’est une vibration. Se poser sur l’application, entrer dans une « room », et écouter les personnes qui discutent et échangent, c’est percevoir quelque chose de physique à l’intérieur de soi. C’est ressentir vraiment des émotions. Dans « la vraie vie », on a l’habitude de découvrir les gens par la vue. On les envisage d’abord par le prisme leur apparence physique, leurs vêtements, la manière avec laquelle ils bougent,… Ce sont des informations qui sont parfois trompeuses ou qui nous conduisent à élaborer des jugements rapides conditionnés par des repères sociaux un peu artificiels. Découvrir les gens par leur voix, c’est se débarrasser de ces repères pour ne s’attacher qu’à la dimension émotionnelle d’une vibration.

Qui dit voix, dit écoute.

Sur Clubhouse, il n’y a pas que des gens qui parlent. La majorité écoute. Le fonctionnement de l’application repose sur une espèce de hiérarchie auto-modérée entre les utilisateurs : il y a ceux qui lancent la conversation en créant des rooms et puis il y a ceux qui écoutent, qui n’ont pas la parole. Lorsque ces derniers veulent prendre une part active à la conversation, ils le signalent en levant la main virtuellement, et c’est aux créateurs de la room et à ses co-modérateurs, d’accepter ou non de leur donner (ou non) la parole. Ainsi, ceux qui écoutent se retrouvent-ils plus nombreux que ceux qui parlent et cette écoute-là est vertueuse et assez inhabituelle dans le vacarme ambiant des réseaux sociaux.

L’application n’attire pas encore les foules

Disponible uniquement sur invitation d’un membre, limité pendant des mois aux possesseurs d’iPhone (les utilisateurs sous Android n’y ont accès depuis quelques petites semaines), Clubhouse n’attire pas encore les foules. Si cela peut être pris pour un échec pour certains observateurs habitués à compter en dizaines de millions les utilisateurs des plateformes sociales, le sentiment de participer à des conversations en relativement petit comité est là aussi plutôt agréable. On rencontre des gens avec lesquels on prend plaisir à se retrouver périodiquement et cela crée un effet de communauté assez rassurant.

C’est le retour du temps long.

Sur Clubhouse, on ne compte pas le temps en secondes ni même en minutes, on le compte en heures. Une « room » dure en moyenne une heure et demi mais les utilisateurs vous diront tous qu’ils ont déjà participé à des conversations qui se sont étalées sur plusieurs heures sans discontinuer. Alors qu’il est de bon ton de décrire les utilisateurs des réseaux sociaux comme des zappeurs frénétiques qui picorent des informations rapidement consommables, on prend son temps sur Clubhouse et c’est assez inédit. Car on le sait, le temps est un formidable allié de l’acquisition de connaissances, du partage et des relations humaines. Donner du temps aux autres, c’est se donner une chance d’approfondir un sujet ou de mieux connaître une personne. Et c’est aussi une formidable opportunité d’opérer une sélection naturelle en éliminant de fait celles et ceux qui ne l’ont jamais, ce temps.

Alors depuis 4 mois que je suis sur cette application, j’y prends beaucoup de plaisir et c’est franchement le réseau social le plus agréable et enrichissant depuis l’avènement du web social au milieu des années 2000. Espérons que ça le restera encore longtemps.

A suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s